1. Pourquoi avoir créé/repris une entreprise ?

Le projet de reprise de SAREM a une genèse multiple. Relation au travail, engagement personnel et familiale, ambition, rencontres…de nombreux facteurs ont alimenté cette longue réflexion.

  1. Quel a été votre parcours avant d’être entrepreneur ?

J’ai eu rapidement des responsabilités de manager dans mon cursus, avec la direction de projets, puis de site et enfin de filiale. J’ai ainsi pu acquérir des compétences multiples, commerciale, gestion, ressources humaines qui sont le socle de base à tout entrepreneur. J’ai eu la chance également de travailler dans un environnement international qui aident à prendre du recul tout en ayant forgé le désir de s’investir localement.

  1. Comment décririez-vous votre entreprise? (son activité, ses valeurs, sa culture)

SAREM Service + intervient pour du nettoyage et décontamination après sinistres : incendie, dégâts des eaux… Des mesures d’urgence jusqu’à la remise en état des biens et matériels, nous réalisons des prestations spécifique à chaque sinistre.

  1. Selon vous quel doit être le profil d’un entrepreneur ? (ses valeurs, ses qualités, ses motivations, son état d’esprit…)

Je ne crois pas en un profil type. Au delà de son envie, de ses convictions, de ses idées, de ses atouts humains, techniques, l’essentiel pour un entrepreneur est de se confronter à la réalité de son projet soit en s’entourant de conseils qui l’aideront également à finaliser son projet, soit en allant à la rencontre des chambres consulaires ou d’autres entrepreneurs.

  1. Comment décririez-vous votre expérience d’entrepreneur ? (Difficultés, réussites) Que retenez-vous le plus ?

C’est un challenge permanent, car bien que la concrétisation du projet soit un aboutissement, la remise en cause est quotidienne. Il faut s’entourer car bien que cela soit une démarche plutôt égoïste, c’est au final un travail de partenariats. Banquier, expert-comptable, juriste, conseils, chambres consulaires, associations…

  1. Que retenez-vous de votre passage devant le comité d’agrément ?

Un moment d’échange constructif avec des questions ciblées de professionnels d’horizons différentes, et bien sur un peu de stress.

  1. Que vous a apporté Centre Ain Initiative après avoir financé votre entreprise?

Centra Ain Initiative assure un suivi régulier, mais également d’avoir des contacts sur des problématiques communes avec d’autres entrepreneurs.

  1. En une phrase ou quelques mots, comment décririez-vous Centre Ain Initiative ?

Révélateur et facilitateur sont les deux mots qui me viennent à l’esprit. Révélateur car leur expérience permet d’avoir un retour objectif sur les qualités et faiblesses de son dossier. Facilitateur dans toutes les étapes d’un projet déjà structuré.

  1. En une phrase ou quelques mots, comment décririez-vous l’entreprenariat en général ?

Derrière le désir d’entreprendre se cache une multitude d’écueils, de succès mais également d’échec. Il faut s’adapter en permanence aux exigences de ses clients, de ses collaborateurs, de ses partenaires, à des règles de jeu sans cesse modifiées. Mais que c’est passionnant !

  1. Si vous deviez recommander CAI auprès d’un porteur de projet, que lui diriez-vous ?

Ne pas les rencontrer c’est se priver d’un support important dans son parcours, tant sur le plan humain que financier. Permettez moi de vous mettre en contact, ils sont juste à côté et n’attendent qu’à vous aider.

Derrière le désir d’entreprendre se cache une multitude d’écueils, de succès, mais également d’échecs.

SAREM Service + est spécialisée dans le nettoyage et la décontamination après sinistres : incendie, dégâts des eaux… Des mesures d’urgence jusqu’à la remise en état des biens et matériels endommagés, elle réalise des prestations spécifiques à chaque sinistre.

Avant d’être entrepreneur, David JULLIARD a occupé différents postes à responsabilités : chef de projet, directeur de site, directeur de filiale… « J’avais déjà pu acquérir des compétences multiples en commerce, en gestion, et en ressources humaines, qui sont le socle de base à tout entrepreneur. J’ai eu la chance également de travailler dans un environnement international, ce qui m’a aidé à prendre du recul tout en ayant forgé en moi le désir de m’investir localement. » C’est après une longue réflexion qu’il décide en 2013 de reprendre l’entreprise SAREM Service +.

Il faut s’adapter en permanence aux exigences de ses clients, de ses collaborateurs, de ses partenaires, à des règles de jeu sans cesse modifiées. Mais que c’est passionnant !

« Je ne crois pas en un profil type d’entrepreneur. Au delà de son envie, de ses convictions, de ses idées, de ses atouts humains, techniques, l’essentiel pour lui est de se confronter à la réalité de son projet soit en s’entourant de conseils, soit en allant à la rencontre des chambres consulaires ou d’autres entrepreneurs. »

Pour David JULLIARD, l’entreprenariat est un challenge permanent, et la remise en cause est quotidienne. C’est également un travail de partenariats : banquiers, experts-comptables, juristes, chambres consulaires, associations… Autant de personnes et d’organismes qui font partie du quotidien de son entreprise.

Après avoir mis à sa disposition différents outils de financement, Centre Ain Initiative a assuré auprès de David JULLIARD un suivi régulier. Il a eu l’occasion d’être en relation avec d’autres entrepreneurs, avec lesquels il a pu échanger sur des problématiques communes. « Révélateur et facilitateur sont les deux mots qui me viennent à l’esprit lorsque l’on évoque Centre Ain Initiative. Révélateur, car leur expérience permet d’avoir un retour objectif sur les qualités et faiblesses de son dossier. Facilitateur, du fait de l’accompagnement dans toutes les étapes d’un projet déjà structuré. »