Après plusieurs années passées dans des maisons étoilées, j’ai décidé de franchir le pas et d’ouvrir mon propre restaurant. J’ai bénéficier de l’aide et des conseils de Centre Ain Initiative lors de mon passage en commission ou plusieurs chefs d’entreprise expérimentés m’ont incité à revoir certaines faiblesses de mon projet.

S’en est suivi malheureusement quelque mois d’attente dus au premier confinement, puis quelques longs mois de travaux. J’ai enfin pu ouvrir le mardi 20 octobre. Dès les premier jours, grâce à quelques articles dans la presse local (suite aux conseils avisés de centre Ain initiative et à l’aide d’une amie), le restaurant est très vite rempli. Beaucoup de commerçants du village, amis, voisins et connaissance de jeunesse viennent apporter leurs encouragements pour l’ouverture. Malgré le couvre-feu nous réalisons une bonne première semaine pleine de satisfaction.

Puis arrive l’annonce du deuxième confinement. Les retards pris dans les travaux ont déjà bien entamé la trésorerie. Nous décidons immédiatement de faire de la vente à emporter pour minimiser la perte du chiffre d’affaire et ne pas jeter la marchandise que nous avons en stock. Nous espérons surtout pouvoir garder le lien avec la population local et en profiter pour nous faire connaitre malgré tout.

S’en suit une course contre la montre entre essayer de communiquer au mieux et entreprendre des démarches auprès de la banque, du comptable… tout en assurant la préparation en cuisine et trouver des idées pour s’en sortir. Nous décidons de mettre nos boissons et nos vins en vente, les débuts sont difficiles et peu encourageants. Du fait d’une ouverture trop tardive, nous n’avons droit à aucune aide mais malgré tout on s’accroche en croyant a notre projet. Petit à petit les commandes arrivent, et grâce à l’aide et au soutien de l’union commerçante « Eco tonic » la machine se met en route.

Nous restons constamment à la recherche de nouvelles idées, nous décidons de mettre en place une offre de bon cadeau pour les fêtes de fin d’année, et organisons la vente du traditionnel « pot au feu » des Glorieuses de Montrevel en Bresse en collaboration avec le restaurant La Toque Rose et la pâtisserie Opaline.

Malgré tous nos efforts, nous accusons une grosse chute du chiffre d’affaire par rapport à la seule semaine d’ouverture que nous avons. Nous bénéficions d’une grande solidarité et beaucoup de soutien de la population locale qui joue réellement le jeu et grâce à leurs encouragements nous serrons les dents et attendons impatiemment de pouvoir ré ouvrir.

Pierre-Etienne BRESSE

https://www.facebook.com/Le-bouchon-de-Bresse-102945981511234/